loader image

A Toulouse, le film qui a valu à Airborne Films le prix du meilleur film institutionnel offre de magnifiques prises de vue aériennes du TBM900,

plus télégénique que jamais, avec son capot allongé et ses nouvelles winglets. On n’en attendait pas moins d’Eric Magnan,

le réalisateur des séquences aériennes du film « Les chevaliers du Ciel » 

Le drone est un outil exceptionnel pour filmer dans une usine qui est remplie d’obstacles. Le drone permet de passer au-dessus,

de tourner autour des objets que l’on veut filmer et de réaliser des travellings, etc. », explique Eric Magnan.

« Un autre aspect essentiel est que nous ne pouvions pas, pour ce film, interrompre le processus industriel.

Le drone permet de filmer sans gêner le travail de la chaine de production tout en prenant toutes les précautions nécessaires à la sécurité des personnels.

Le drone a également été utilisé pour tourner certaines séquences, en extérieur, en particulier les essais statiques.

Les autorisations ont été obtenues de la DGAC et de la préfecture. La procédure était ensuite d’avoir l’autorisation de la tour de contrôle de Tarbes avant chaque vol. 

Extrait de AeroBuzz (G. Pirès)

Please wait, damien-vicart.com is loading...